Riviera (Venise, Italie)

L’arrivée à Venise par les petits canaux est toujours magique...

Elle me fascine depuis l’enfance, et chaque fois que je la retrouve elle m’émerveille comme au premier jour. Venise est une ville unique, un monde à part, une cité magique et hors-du-temps où l’art est omniprésent. Qu’elle porte bien son nom la Sérénissime… Nietzsche a écrit : « Sans musique, la vie serait une erreur », mais aussi : « Quand je cherche un synonyme à musique, je ne trouve jamais que le nom de Venise. » On ne peut vraiment comprendre le sens de sa pensée qu’en se laissant porter par l’atmosphère de cette cité, en se perdant dans ses petites ruelles (calle), à l’écart des foules, et en faisant abstraction du temps qui passe.

Le restaurant Riviera.

Aussitôt arrivé à Venise, je n’ai qu’une seule envie : la dévorer. Dans tous les sens du terme. Mais attention : comme toutes les villes touristiques, Venise peut-être une source de déceptions au niveau culinaire… Aussi, il est indispensable de partir avec les bonnes adresses pour ne pas passer à côté de la gastronomie locale, vraiment exceptionnelle, tant au niveau des produits qu’offre la lagune et ses environs, qu’au niveau des recettes et des spécialités historiques qui les mettent en valeur.

Le restaurant fait face au canal de la Giudecca...

La première adresse de mon récent séjour à Venise m’a été conseillée par mon ami Marc Tonazzo, propriétaire du restaurant parisien I Golosi. Marco est originaire de Vénétie et connaît bien cette ville et sa gastronomie qu’il met souvent à l’honneur à la carte de son restaurant. Je savais que je pouvais faire confiance à cet amoureux de bonnes choses quand je lui ai demandé conseil, et j’avais raison…

On est pas bien là ?

Le restaurant Riviera se situe sur la Fondamenta Zattere al Ponte Lungo, juste en face du canal de la Giudecca et de l’île du même nom. Son très sympathique propriétaire, Giovanni Pietro Cremonini, nous accueille chaleureusement dans une bonne humeur communicative. Le beau soleil et la température clémente nous invitent à nous installer en terrasse au bord du canal. Quelques gressins au café et au cacao, un peu de focaccia toute fraîche et un délicieux petit gaspacho de tomate et de concombre… les vacances commencent plutôt bien !

Gressins, pain et focaccia.

Gaspacho concombre et tomate.

Giovanni est un passionné et cela se sent tout de suite. Tout en élégance et en décontraction, il prend le temps de vous parler de ses beaux produits, des vins minutieusement choisis, des producteurs avec qui il travaille, et bien entendu de la cuisine de son chef, Bruno Bognolo. Giovanni nous dévoile ensuite les belles prises du jour : loup de mer, turbot et homard sont à l’honneur.

Giovanni nous fait les présentations...

Pour commencer, comme un assortiment de sashimis. Chaque poisson est ici associé à un fruit, une herbe ou une épice. La fraîcheur et la qualité des produits sont tout simplement exceptionnelles. Les mariages de saveurs sont vraiment très bien vus, et jamais les subtils parfums d’un poisson ne sont dominés par l’ingrédient qui l’accompagne. Coup de cœur pour les associations loup de mer/ fraise, et liche/fruit de la passion : un délice !

Poissons crus.

Giovanni nous fera découvrir un vin blanc issu du cépage Tocai Friuliano, au joli nez de pomme verte, avec quelques notes de kiwi, un rien végétal. Malgré un léger manque de tension, la bouche est relativement concentrée et la finale est de bonne longueur, sur la pomme verte et les agrumes. On est bien…

Le vin : Denis Montanar, Borc Sandrigo.

Si les produits de la mer sont très présents dans la gastronomie vénitienne, la viande n’est pour autant pas délaissée. C’est le cas du canard, à l’honneur dans de nombreuses et anciennes recettes. Les parppadelle al sugo d’anatra (sortes de larges tagliatelles, sauce au canard) sont ici excellentes. Un plat gourmand et simple, où tout semble néanmoins avoir été pensé et maîtrisé : cuisson des pâtes et préparation de la sauce au canard, équilibre des goûts et des textures (notamment de la pâte « al dente » en opposition avec le moelleux de la viande).

Parpadelle au canard.

Malgré un dressage perfectible, le filet de loup de mer (très bien cuit) accompagné de ses pommes de terre façon Darphin, d’une julienne d’artichauts et d’une délicieuse mousseline de poireau, se déguste avec beaucoup de plaisir…

Loup de mer, pommes de terre, artichauts.

Le maïs blanc (toujours choisir la qualité Biancoperla !) est un des produits rares et précieux qu’offre le terroir de Vénétie. Il sert notamment à préparer la polenta bianca (polente blanche). Elle fait ici office de noble garniture dans un plat de seiches à l’encre. Encore une fois, qualité et fraîcheur des produits sont au rendez-vous, tout comme le plaisir de déguster un plat authentiquement vénitien.

Seiches à la mode de Venise.

On est si bien à Riviera qu’on y reviendrait tous les jours… Nous terminerons sur une jolie note sucrée autour de la fraise : un sorbet à peine sucré, des fruits très parfumés et quelques gouttes de vinaigre balsamique. Simple, mais tellement bon ! Dois-je vous parler du café ? Nous sommes à Venise… Il est excellent ! La Cité des Doges resplendit, et après ce beau repas, l’envie de la dévorer est encore plus grande… Rendez-vous très bientôt pour une autre escale gourmande à Venise.

Fraises, sorbet fraise, vinaigre balsamique.

Le café.

Riviera

Dorsoduro 1473

30123 Venezia

Tél : 041 522 76 21

www.ristoranteriviera.it

Fermé le lundi.

Carte : environ 65 €.

2 réponses pour “Riviera (Venise, Italie)”

  1. Coline de Périples Gourmands
    27 mai 2014 à 12 h 55 min #

    Ohhh le joli coin de paradis !!
    Superbe, je garde précieusement dans un coin en attendant notre prochain voyage…

  2. Caviar
    27 mai 2014 à 14 h 48 min #

    Merci de nous faire voyager! Et excellentes photos au passage.

Un avis ou un commentaire ? C'est ici !